Sir Christopher LEE


Mort de l’éternel Dracula du cinéma à 93 ans, ce 7 juin 2015. Ainsi disparaît un acteur mythique, qui a joué dans près de 250 films

Lu dans figaro.fr
par Olivier Delcroix

Le 27 mai 2015, l’acteur britannique avait fêté ses 93 ans. Il fut successivement l’un des grands vampires du 7e art, l’adversaire de James Bond et le comte Dooku de Star Wars, sans oublier son rôle de Saroumane dans Le Seigneur des Anneaux.

Il était l’élégance même. La distinction incarnée. Du haut de son 1,95 mètres, il restera sans conteste le «maître du macabre». Avec son large front, ses épais sourcils, ses longues mains de pianiste, son regard ténébreux et sa voix profonde, il pouvait paraître tour à tour serein, effrayant, voire terrifiant, mais toujours avec flegme et raffinement.

Le grand Christopher Lee, qui venait de fêter ses 93 ans le 27 mai dernier, s’est éteint à l’hôpital londonien de Chelsea et Westminster où il avait été admis pour des problèmes respiratoires.

L’annonce de son décès a été différée à la demande de sa femme qui a d’abord voulu avertir tous les membres de la famille, a ajouté le quotidien. Les témoignages ont aussitôt afflué pour saluer la mémoire de cet acteur luciférien par excellence qui pouvait se vanter d’avoir été le seul à avoir incarné successivement Frankenstein, le docteur Fu-Manchu, Raspoutine et surtout l’immortel comte Dracula, rôle qu’il avait interprété à huit reprises entre 1958 et 1976.

Christopher Lee était le roi incontesté du film d’épouvante malgré une carrière riche d’environ 250 films, qui ne se limitait pas à ce genre. C’est l’un des acteurs britanniques les plus prolifiques et Lee se revendiquait comme tel, étant d’ailleurs cité dans le Guinness Book des records.

Christopher Lee a passé sa vie à varier les plaisirs, essayant notamment de ne pas se laisser enfermer dans les films de genre, ou de rester pour toujours momifié dans le rôle qui aura fait sa gloire, le vampire de Dracula.

L’adversaire de James Bond Scaramanga

C’est pour cette raison qu’il se glissa dans le rôle de Scaramanga, le redoutable adversaire (à trois tétons) de James Bond, face à Roger Moore dans L’homme au pistolet d’or (1974). Il aura également été un admirable comte Doku dans la saga intergalactique de George Lucas Star Wars, et bien entendu, l’impressionnant Saroumane de la trilogie Le Seigneur des Anneaux de Peter Jackson, adapté des romans de J.R.R. Tolkien.

Né à Londres le 27 mai 1922, Christopher Lee descendait par sa mère d’une des plus anciennes familles italiennes, les Carrandini, dont la lignée remonte à Charlemagne. On le sait peu mais Christopher Lee a fréquenté Ian Fleming, qui était un lointain cousin par alliance. Est-ce pour cela, qu’il a été agent secret, volontaire dans la Royal Air Force durant la Seconde Guerre Mondiale? En tout cas, Lee a surtout fait partie du Special Operations Executive ou Ministry of Ungentlemanly Warfare, un service secret initié par Winston Churchill et dédié aux «opérations spéciales» en Europe.

La carrière de Christopher Lee, aussi prolifique que bigarrée, lui a permis d’incarner tout à la fois Frankenstein, Dracula, La Momie, Jekyll & Hyde, Fu-Manchu et Sherlock Holmes, notamment entre les années 60 et 70 grâce aux films de la Hammer.

Autre particularité de la carrière cinématographique de cet acteur polyglotte pouvant parler anglais, français, allemand, espagnol, italien, grec (et même elfe!), il a tourné en France, notamment dans Les Rivières pourpres 2 – Les anges de l’apocalypse face à Jean Reno… et dans un authentique nanar: Dracula père et fils face à Bernard Ménez. La France, bonne fille, ne lui en pas voulu, et il a reçu les insignes d’Officier des Arts et des Lettres le 11 décembre 2002.

Fan de metal, Christopher Lee aimait des groupes tels que Manowar et Rhapsody, pour lesquels il a même participé à certains morceaux et albums (Battle Hymns pour Manowar, Unholy Warcry, The Magic of the Wizard’s Dream ou Triumph or Agony pour Rhapsody). Il a lui-même enregistré un album metal symphonique en 2010, Charlemagne : By the Sword and the Cross, à l’âge de 87 et 92 ans.
Olivier Delcroix  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *