Tahar CHÉRIAÂ


Tahar Chériaâ, cinéaste, historien et critique de cinéma, fondateur des «Journées cinématographiques de Carthage», premier festival de cinéma arabo-africain, est décédé jeudi 4 novembre 2010, à l’âge de 83 ans.

Réagir à cet article

 

 

TUNISIA, Tunisia – Figure phare du 7ème art du tiers-monde et notamment du continent africain, le cinéaste tunisien Tahar Chériaâ s’est éteint jeudi soir à l’âge de 83 ans, a-ton appris vendredi auprès de son entourage.

Sa disparition survient quelques jours après l’hommage qui lui a été rendu lors de par la 23ème édition des “Journées cinématographiques de Carthage”, premier festival de cinéma arabo-africain, qu’il fonda il y a 44 ans.

Des cinéastes talentueux ont été révélés à Carthage, comme les Egyptiens Youssef Chahine et Salah Abou Seif, l’Algérien Mohammed Lakhdar Hamina, auteur des “Chroniques des années de braise”, palme d’or à Cannes en 1975, le Sénégalais Ousmane Sembène et le Mauritanien Mohamed Hondo.

En créant cette biennale, Tahar Chériaâ “n’avait qu’une seule idée en tête: mettre en avant l’identité d’un continent à travers son cinéma”, écrit la critique Samira Dami du journal “La Presse”.

Bien qu’affaibli par la maladie, il avait tenu à adresser un dernier message aux jeunes cinéphiles présents à “la bombonière”, le théâtre municipal de Tunis.

“J’appelle les cinéastes arabes et africains à être sincères avec eux-mêmes et avec leurs oeuvres, à mettre toutes leur force, corps et âme, afin de faire des films engages, loin de toute influence pour défendre leur identité”, leur avait-il lancé de sa chaise roulante.

Après des études à la faculté des lettres de Paris où il a passé 10 ans, il débute une riche carrière cinématographique en s’imposant comme un “critique de référence” et historien du 7ème art à travers ses articles et ses ouvrages.

Au sein de l’Agence de coopération culturelle et technique(ACCT), l’ancêtre de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), dont il dirigeait le Département cinéma, il a par ailleurs, joué “un rôle actif” dans la création en 1971, du festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO). AP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *