Eric PRAT

L’état de ce compte est Approuvé·e
Comédien (ienne)
 

Informations professionnelles

Prat Eric
1980

ZELIG - Jean-François Gabard
57, rue Réaumur. 75002 Paris
Tél. : 01 44 78 81 10
E-mail  |  Site Internet

BOUQUET Michel, DEBAUCHE Pierre, VITEZ Antoine

Entrée en 1977 avec Gilles Guérin et Jean-Daniel Laval avec qui on avait préparé le concours (ah, la scène du Pauvre dans "Don Juan "au 1er tour!!!), sortie 1980, professeurs: M.Bouquet, P. Debauche, A.Vitez.

Bon, ce coup-ci j'y vais : entrée en 1977 je me retrouve en face de Michel Bouquet. Michel Bouquet !!! Déjà le choc d'être reçu, ensuite celui d'être en face de lui, puis de "Pépé" Debauche, je ne parle même pas de Antoine "faisons le contraire" Vitez.
J'arrivais de la Rue Blanche et avant du conservatoire de Versailles (comme J.D. Laval, Gilles Guérin, C. et D. Frot, J.C. Leguay, N. Becue, et j'en oublie... F. Gozlan...).
Une époque incroyable que ces trois années (ah, le tournoi de tennis organisé dans le hall par Marc Duret !!!), l'appart rue Jean Mermoz avec d'abord Laval et ensuite Jean-Yves "Duwood" (Dubois), les journées de Juin où on avait obtenu de J. Rosner de ne pas passer par classe, mais par genre (" c'est nous qui sortons du cons... pas les profs !"). Bon, je pourrai en raconter et en raconter encore... Il y a un moment où ça s'arrête, on sort, on est sorti.
Une autre vie quasiment commence. Fini le cocon, le privilège, le toit du monde : en apnée !!! Mais toujours un coup d'oeil sur les potes qu'on continue de voir, qu'on croise, qu'on oublie puis qui ressurgissent, les mariages, les naissances (A. Lenglet et J.L. Porraz sont les parrains de mes deux fils !), les divorces puis ceux dont on apprend le décès, à chaque fois un coup de poignard, un peu de notre insouciance qui s'envole, mais au fond de chacun toujours le sentiment qu'on peut changer le monde.
Pendant le cons: "Le défi de Molière" de et mis en scène par P. Adrien, puis "Le Palmier sur la banquise", cadeau de Pierre Debauche qu'on trimballe de Bruxelles à Barcelone en passant par Les Quartiers d'Ivry, chez Vitez, et les Amandiers de Nanterre. Bon, je sors, Audureau à Chaillot, puis une saison et demie chez Guy Rétoré au TEP avec Laval et Nadine Darmon, ensuite le JTN : trois spectacles avec Saskia ( t'es où, Saskia?) " Le Marchand de Venise", "Technique pour un coup d'état" au TGP à St Denis, puis "Docteur X Héro" à Avignon et "J'veux du bonheur" mise en scène par Scotto, co-prod avec la Comédie de St Etienne. "Noce" d'Elias Cannetti a Aubervilliers avec Garan, un séjour à Malakoff chez Pierre Ascaride pour "Le Médecin malgré lui" et "La Gonfle" de R.M. Dugard pendant lequel je tourne sous la direction de Marion Sarrault "La comtesse de Charny" 9 fois 90 minutes!!! Près d'un an de tournage!!!, puis rencontre décisive avec Chatilliez "Tatie Danièle", virage vers le théâtre privé : "La dame de chez Maxim'" monté par Murat avec Clavier et Chazel.
Je tourne, toujours sous la direction de B. Murat: " Charmante soirée " avec Clavier-Chazel, Arditi-Bouix, G. Page-J. François, je fais couple avec K. VIard !
Puis Chaillot pour "Le Malade imaginaire " par Hans-Peter Cloos (que je vais retrouver à la rentrée pour "Biographie, un jeu " de Max Frisch, avec T. Lhermite et E. Zylberstein). C'est Catherine Jacob qui me le fait rencontrer.
Ensuite Jérôme Savary pour la reprise du "Songe d'une nuit d'été". "La Volupté de l'honneur" de Pirandello" à Hébertot, mise en scène de J.L. Boutté avec G. Desarthe, une émotion immense, "Bel Ami" au théâtre Antoine, mise en scène de D. Long, "Ah, le grand Homme " et "Ce qu'il ne faut pas faire " de et avec P. Pradinas.
Les tournages s'enchaînent: 3 films avec Jugnot, plusieurs "Maigret", plusieurs téléfilms et films avec M. Courtois, T. Binisti, J. Cornuau, F. Lucciani, D. Granier-Deferre... Je retrouve J.D. Laval à Versailles dont il est le directeur: "Les Caprices de Marianne" au Trianon, magique et émouvant !
Rencontre magnifique avec Zabou Breitman, au théâtre d'abord: "L'hiver sous la table" à l'Atelier, une de mes expériences les plus belles. Puis "L'homme de sa vie" au cinéma. Je souhaite à tout le monde de travailler avec elle un jour (on ne travaille pas qu'avec elle, on rencontre toute une bande absolument magnifique). Et je souhaite aussi à tout le monde de travailler au théâtre de L'Atelier ( j'y suis retourné la saison dernière pour "Caligula" monté par Charles Berling, rencontré sur le tournage de... Zabou.
Je remplace Gérard Maro à la Comédie des Champs-Elysées dans "Le miroir" d'Arthur Miller, mise en scène de Michel Fagadau, je retrouve B. Madinier, mon pote de classe depuis la sixième, T. Frémont, A.  Brochet, A. Loiret, un moment de bonheur et de belles rencontres !
Retour au théâtre public avec "La cantatrice Chauve "monté par D. Benoin à Nice et qu'on reprendra en 2008.
Voilà un aperçu que je ne saurai conclure sans parler de J.P. Klein et de ses "Comtes d'avant l'oubli" que Jean-Luc Porraz a porté à bout de bras, et qu'on trimballe dans nos coeurs.
A suivre...