Victor LANOUX


Décès à 80 ans de l’acteur, scénariste et dramaturge, célèbre interprète de « Louis la brocante »

Lu dans letelegramme.fr

L’acteur Victor Lanoux est décédé dans la nuit de mercredi 3 à jeudi 4 mai, à l’hôpital de Royan. Âgé de 80 ans, il était célèbre notamment pour son rôle au petit écran de Louis la Brocante, un brocanteur détective en herbe, interprété jusqu’en 2014.

L’acteur à la célèbre moustache avait joué notamment le séducteur impénitent, Bouly, dans le diptyque culte d’Yves Robert, Un éléphant, ça trompe énormément (1976) et Nous irons tous au paradis (1977), aux côtés de Jean Rochefort, Claude Brasseur et Guy Bedos, en copains quadragénaires à la vie amoureuse agitée.

Avec une carrière marquée par plus de 40 rôles au cinéma, une vingtaine au théâtre, plus de 25 téléfilms et une quinzaine de séries, il avait aussi interprété le rôle principal du film de Jean-Charles Tacchella,  Cousin, cousine (1975), aux côtés de Marie-Christine Barrault, qui lui avait valu une nomination pour le César du meilleur acteur.

« Bougon, tendre et timide »

« C’était un grand acteur, bougon, tendre et timide », a déclaré, sur RTL, l’acteur Jean Rochefort, son partenaire dans les films d’Yves Robert. Le Président de la République, François Hollande, a salué « la mémoire d’un grand artiste » et d’un « acteur aimé des Français », qui avait « su susciter l’émotion ».

Né le 18 juin 1936 à Paris, Victor Lanoux, de son vrai nom Victor Robert Nataf, commence comme machiniste de cinéma, notamment sur Notre Dame de Paris, de Jean Delannoy, après un passage chez le constructeur automobile Simca, comme ouvrier vernisseur. Il se tourne ensuite vers le métier d’acteur qu’il apprend par correspondance.

Des débuts avec Pierre Richard

Révélé, dès 1961, par un numéro de cabaret avec Pierre Richard, il joue ensuite des rôles classiques au théâtre sur la scène du TNP, dans Hamlet, L’Illusion comique ou encore La Folle de Chaillot, sous la direction de Georges Wilson. Le public le découvre ensuite au cinéma, dans les années 70, dans L’Affaire Dominici (1972) de Claude Bernard-Aubert, avec Jean Gabin, puis dans Adieu poulet (1975) de Pierre Granier-Deferre – pour lequel il est nommé aux César dans la catégorie meilleur acteur dans un second rôle. Suivent ensuite Cousin, cousine de Jean-Charles Tacchella et les films de Yves Robert Un éléphant, ça trompe énormément et Nous irons tous au paradis.

Il enchaîne les rôles au cinéma à la fin des années 70 et dans les années 80, avec des réalisateurs comme Gérard Oury ( La carapate ), Jean-Marie Poiré ( Retour en force ), Jean-Pierre Mocky ( Y a-t-il un Français dans la salle ? ) ou Philippe de Broca ( Louisiane ). Il tourne ensuite, dans les années 90, chez Yves Robert ( Le bal des casse-pieds ) ou Bernie Bonvoisin ( Les démons de Jésus ). Victor Lanoux avait signé aussi plusieurs pièces dont  Le tourniquet , pour lequel il avait été nommé pour un Molière, en 1989. À la télévision, son rôle de brocanteur détective en herbe au grand coeur dans Louis la brocante, diffusé pendant plus de quinze ans (de 1998 à 2014) sur France 3, lui avait permis de toucher un large public. Il avait également joué, de 2006 à 2016, dans la série Les enquêtes du commissaire Laviolette.

« Depuis mes débuts, mon credo est le même : gagner ma vie dans le métier que j’aime. Théâtre, cinéma ou télévision, peu importe, mais réunir sept ou huit millions de personnes plusieurs fois par an, c’est succulent », déclarait-il, en 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *