Voeux du Président


Chères comédiennes, chers comédiens, artistes, amis et amies de Rue du Conservatoire,

 

 

Je crois que mes précédents mots ont déjà bien exprimé la dureté tenace d’une situation qui ne s’améliore encore pas.
Je ne vais donc pas ici les redire. Mais, au contraire, je vais profiter de cette tradition un peu optimiste des vœux de nouvel an, pour formuler ici ce que je nous souhaite, ce que l’on peut se souhaiter de beau pour les temps à venir.

 

Evidemment, je nous souhaite de nous revoir. En présence. En chair et en rires. En travail, mais aussi et surtout sans motif : goûter encore, à nouveau, au luxe de la coprésence gratuite, au seul bénéfice de la compagnie de l’autre.
Une occasion – motivée et attendue, annoncée déjà, tant de fois ! – se dessine : si tout va bien, notre Assemblée Générale devrait avoir lieu à la Mairie du IXe arrondissement, lundi 25 janvier à 19h.

 

Je nous souhaite beaucoup d’art. À dire, à voir, à faire et à montrer. À partager. Ensemble. Avec celles et ceux que l’on aime, et celles et ceux que l’on découvre soudain, dans la pénombre des fauteuils de velours ou de bois, qui nous écoutent, et qu’on regarde.
En attendant la réouverture des salles obscures, n’hésitez pas à écouter nos bribes de lectures : la rencontre entre l’association et Artcena nous a déjà permis d’enregistrer des extraits des derniers textes lauréats de son aide à la création, qui seront diffusés en ligne à partir de ce mois. Une belle rencontre, très joyeuse, autour de ces textes : une première session d’enregistrement a eu lieu en décembre ; deux autres auront bientôt lieu en janvier ; et d’autres encore, bien plus tard, adviendront, avec, nous l’espérons, vos voix pour faire vivre de nouveaux textes.

Pour prendre part à ces enregistrements futurs, ou à toutes les activités de lectures portées par l’association, contactez les Lectures Vagabondes, au lien suivant !

 

Je nous souhaite de poursuivre ce qui nous tient à cœur, de grandir, de mûrir, de fleurir, à la vie comme à la scène, dans les jeunes années comme dans les plus drues.

En ce sens, l’association, via sa jeune activité de l’Embrayeuse, a la joie d’accompagner deux artistes dans leurs premières créations : Léa Tissier, pour une drôle, poétique et émouvante virée sur la lune avec sa pièce Le Chagrin d’Artémis ; Héloïse Manessier, qui explore le vertige des espaces, des langues et des relations dans Duos, écriture de plateau mêlant le français et l’allemand. Je nous souhaite de pouvoir vous présenter au plus vite ces deux créations, gages de l’inventivité, du désir d’écriture et de plateau de notre temps.
De même, la création dirigée par Basile Bernard De Bodt continue de mûrir dans les serres de l’hiver, affinant ses mots et ses images, ses chants, dans cette terre énigmatique où un petit groupe de personnages cherche à rester Encore un peu humain.

 

Je nous souhaite du sens. De ce sens profond et certain dont les émotions sont faites. Le sens de l’épanouissement, de soi et des autres ; le sens du lien et de l’entraide ; le sens de la joie, timide, qui avance.

 

Je nous souhaite une année qui ait de la beauté, de la vie et du sens.
Que 2021 soit baume et apaisement, humus et fruits et fleurs.

 

Avec des pensées pour vous,

 

Marceau Deschamps-Ségura
Président de Rue du Conservatoire

 

 

 

 

 

 

 

Pour déposer vos propositions et vos réflexions sur notre site https://www.rueduconservatoire.fr/, si vous êtes adhérent-e, écrivez un article dans votre espace membre en sélectionnant la catégorie «les Cahiers», sinon, écrivez-nous à info@rueduconservatoire.fr.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *