Wladyslaw ZNORKO


Le comédien et metteur en scène Wladyslaw Znorko est mort dans la nuit du 4 au 5 mars 2013. Il avait 55 ans.

Réagir à cet article

 

Hommage à Wladyslaw Znorko

Wladyslaw Znorko vient de nous quitter à Marseille, le 5 mars.

Il avait un peu plus de vingt ans quand, en 1981, Wladyslaw Znorko avait fondé à Lyon sa compagnie théâtrale, le « Cosmos Kolej », c’est-à-dire « la découverte de l’univers ». Cette découverte poétique était son programme, son ambition, la raison d’être de ses spectacles. Entre Saône et Rhône, il donnera figure à ses songes en se produisant dans la rue, dans les gares et dans bien d’autres lieux de passage. Son inspiration l’avait mené ensuite jusqu’en Irlande, où il était demeuré 7 ans.

Après bien des pérégrinations, ce grand voyageur avait enfin trouvé un port d’attache pour sa compagnie. Il s’était installé à Marseille, dans ces quartiers nord qui, par certains aspects, lui rappelaient les décors de son enfance à Roubaix…

C’est là qu’il avait ouvert la « Gare Franche », une maison, un jardin et une usine désaffectée qui constituent un formidable espace de rencontre et un lieu unique pour monter des spectacles d’une poésie à nulle autre pareille.

Wladyslaw Znorko était à la recherche du spectacle total et, comme tout poète, il voulait aussi par ses créations changer la vie. Sa Gare Franche restera l’un de ces lieux rares où les rêves deviennent réalité.

Publié le 07/03/2013 sur culturecommunication.gouv.fr

 

“Le Passage du Cap Horn”, de Wladyslaw Znorko / Cosmos Kolej

Voyage pour une actrice et deux fantômes, pour le public à partir de 8 ans

Wladyslaw Znorko raconte l’histoire d’un voyage initiatique marin.

L’odyssée délirante d’une jeune championne de gymnastique nommée Bricole que rien ne préparait à prendre la mer seule, qui plus est en direction du redoutable cap Horn. Au moment de passer le “cap des tempêtes”, ce ne sont pas tant les trombes d’eau noire qui s’abattent sur son frêle esquif ou le rugissement de la tempête dans les voiles qui effraie l’apprentie navigatrice mais des silhouettes fantomatiques qui se tiennent à la proue du bateau…

” Cela ressemble à un conte pour enfants qui aurait oublié de le rester et Wladyslaw Znorko qui n’a sans doute jamais aussi bien maîtrisé le temps, l’espace, la lumière et le son, signe là un spectacle exemplaire à mi-chemin entre la peinture et le théâtre. Philippe du Vignal, Les Lettres de l’Humanité, 3/11/2011

“Le Passage du Cap Horn”, de Wladyslaw Znorko / Cosmos Kolej from Cosmos Kolej on Vimeo.

Wladyslaw Znorko, disparition d’un poète de la scène

Posté le 06/03/2013  à 18:51 sur lyoncapitale.fr

Perfecto noir, cheveux longs et haute silhouette, Wladyslaw Znorko avait une dégaine de rocker. Mais c’était un poète de la scène, capable d’orchestrer dans ses spectacles des images d’une grande beauté et d’une sublime délicatesse. “Sur scène, il continue de faire du théâtre, croyant faire de la peinture. Personne n’ose le contredire”, disait-il dans la biographie qu’il avait lui-même rédigée.

Les spectateurs lyonnais furent nombreux à s’en rendre compte et à l’apprécier. C’est en effet à Lyon qu’il fonda sa compagnie, le Cosmos Kolej, en 1981. Il y fut une figure incontournable du théâtre. Il ne se contentait pas de jouer dans les plus grandes salles de la ville (Subsistances, Célestins, TJA, TNP, théâtres du Point-du-Jour, de la Croix-Rousse…). Il investissait aussi les gares, les voies ferrées ou encore les terrains en friches et les rues, pour de curieuses performances. Après avoir séjourné en Irlande, il installera d’ailleurs son dernier port d’attache connu à la “Gare franche”, sur les hauteurs de Saint-Antoine, à Marseille, en 2000.

Né en 1958 à Roubaix, il avait prévu de mourir – centenaire ! – en 2058. Un coquin de sort en aura décidé autrement puisqu’il est mort dans la nuit de ce lundi 4 mars. Mais ce sort-là ne nous empêchera pas de garder dans notre mémoire les images poétiques qu’il savait susciter dans les nombreux spectacles qu’il mit en scène. Citons parmi ceux-ci : Les SaisonsLa Vie d’un clouUlysse à l’enversÀ la gare du coucou suisse,Les Boutiques de CanelleMon GolemLe Passage du cap HornBoucherie chevaline

Caïn Marchenoir

Sa biographie sur theatre-contemporain.net
Ses spectacles sur lesarchivesduspectacle.net

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *