Jean DALMAIN


Le comédien québécois d’origine française Jean Dalmain, ancien élève du Conservatoire de Musique et de Déclamation, dans la classe de Louis Jouvet, est décédé dimanche 28 mars 2010. Il aurait eu 95 ans le 25 juin.

 Si vous souhaitez réagir à cette actualité, vous pouvez adresser un mail à info@rueduconservatoire.fr

 

 

Une longue carrière

Il entre au Conservatoire de Paris en 1934, à l’âge de 19 ans. Mobilisé, il est fait prisonnier pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il termine son cours en 1945, dans la classe de Louis Jouvet. Le comédien rejoint la troupe du maître et y reste jusqu’en 1951, période pendant laquelle il travaille les oeuvres de Giraudoux et de Claudel.

Jean Dalmain débarque à Montréal, à l’invitation de son ami Jean Gascon qu’il a connu à Paris, pour la fondation du Théâtre du Nouveau Monde, en 1952. Il en devient l’un des piliers à l’égal des Hoffmann, Gascon et Roux. Il a l’occasion, comme metteur en scène et comme comédien, de montrer sa passion hors-norme pour le théâtre.

Je pense qu’elle était plus grande, pour ce qui concerne la plupart des gens de théâtre. Je ne voudrais pas médire de mes camarades, mais lui, il en mangeait, vraiment.
Jean-Louis Roux

Il se fait remarquer dans les rôles de Sganarelle du Don Juan de Molière, et de Peatchum dans L’Opéra de Quat’Sous de Bertolt Brecht.

En 1955, sa mise en scène de deux des Trois Farces de Molière, présentées au Festival de Paris, vaut un triomphe au TNM, éclipsant la troupe de Brecht et l’Opéra de Pékin.

Présent dans les télé-théâtres de Radio-Canada

Des années 50 aux années 80, Jean Dalmain joue dans de nombreux télé-théâtres diffusés à Radio-Canada, comme La Cerisaie, d’Anton Tchekhov, et Piège pour un homme seul, de Robert Thomas. Pendant ce temps, il monte régulièrement sur les planches du TNM, du Rideau Vert et du Gèsu.

Jean Dalmain monte des spectacles de chanson et de poésie, et des comédies. Il poursuit, sporadiquement, sa carrière en France, auprès d’acteurs ou de réalisateurs comme Gérard Philipe, Delphine Seyrig, Claude Brasseur et Claude Chabrol. Il tournera même aux États-Unis, dans Le Roi se meurt de Ionesco, avec Tsilla Shelton et Olivier Hussenot. La pièce tiendra l’affiche cinq semaines à New York, en français.

Jusque dans les années 2000, on le retrouve dans des séries et sur les planches. Il marque ses interprétations dans La Mouette et plus récemment dans la production Douze hommes en colère. Un récital consacré à La Fontaine fut, en 2007, son dernier spectacle.

Pédagogue et maître de plusieurs générations

Outre son travail de comédien et de metteur en scène, Jean Dalmain a fondé la brève École du TNM en 1952. De plus, il a enseigné à l’École de théâtre de Saint-Hyacinthe de 1979 à 2006.

Nombre de comédiens ont suivi son enseignement, dont Marc Favreau, Marcel Sabourin ou Janine Sutto, Sylvie Léonard, Maud Guérin, David La Haye et Antoine Bertrand. On lui doit d’avoir découvert et dirigé Geneviève Bujold dans L’École des femmes. Elle lui écrivait en 2005.

Merci pour votre enthousiasme et votre amour de la vie, votre passion pour le théâtre, votre humour et générosité d’esprit et, surtout, merci pour l’inspiration que vous avez semée dans tous nos coeurs.
Geneviève Bujold

Il a été le mari et complice professionnel de la chanteuse et comédienne Monique Leyrac pendant 25 ans.

Sa famille organisera une fête en son honneur pour tous ceux qui voudraient lui dire adieu. La date et le lieu seront communiqués plus tard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *