Max SCHOENDORFF


Artiste, écrivain, décorateur, costumier, scénographe et metteur en scène, Max Schoendorff s’est éteint le samedi 20 octobre 2012, à 77 ans.

Réagir à cet article

Décès du peintre lyonnais
Max Schoendorff

LYON [24.10.12] – Artiste, écrivain, metteur en scène, Max Schoendorff était un touche à tout de talent qui aura contribué pendant plus d’un demi-siècle à la vie artistique lyonnaise, sa ville natale. Le peintre s’est éteint le 20 octobre, à 77 ans.

Toujours vêtu de noir, lunettes rondes sur le nez et cigare au coin des lèvres, Max Schoendorff était une figure bien connue de la vie intellectuelle et artistique lyonnaise, sa ville natale, à laquelle il resta fidèle sa vie durant. Ses amitiés et collaborations avec des surréalistes tels que Pietro Sarto, Bernard Chardère ou encore Roger Planchon influenceront fortement son œuvre riche et complexe dont l’exemple le plus connu est généralement la série d’ Autoportraits de dos qu’il réalisa en 1998.

Issu d’une famille de cristalliers lorrains, Max Schoendorff naît à Lyon en 1934. Après des études littéraires, il songe à devenir enseignant, mais abandonne vite l’idée pour assister son ami Roger Planchon (acteur, dramaturge, directeur de théâtre). Évoluant dans le monde de la scène, il est tour à tour décorateur, costumier, scénographe et metteur en scène. En parallèle, Schoendorff se consacre à l’écriture, qu’il abandonne bientôt pour se consacrer à la peinture. Peintre oui, mais aussi dessinateur et graveur, l’œuvre de Schoendorff se caractérise par de grandes scènes où se côtoient et s’enchevêtrent des formes organiques, et par un renouveau et une exploration de la représentation humaine. Communiste, libertaire, grand défenseur de la décentralisation, l’artiste était aussi fortement engagé pour la diffusion de la peinture et des arts plastiques. En témoigne sa participation à la fondation en 1978 du Centre international de l’estampe et du livre URDLA (Union Régionale pour le Développement de la Lithographie d’Art) à Lyon qui ouvrira en 1986 à Villeurbanne, ou son implication dans la création en 1983 de la Maison des arts plastiques de Rhône-Alpes (MAPRA).

En 2008, le Musée des beaux-arts de Lyon avait présenté « Max Schoendorff – Ex-traits » et avait à nouveau accueilli le travail de l’artiste – dont il possède plusieurs œuvres dans ses collections – entre janvier et mai 2011.

Romain Bouvet
http://www.lejournaldesarts.fr/site/archives/docs_article/104943/deces-du-peintre-lyonnais-max-schoendorff.php

“Max Schoendorff (1934-2012), peintre, facteur de décors, homme de théâtre”, article de Francis Marmande sur LeMonde.fr (23/10/2012)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *