Maximilien Decroux, au-delà du mime


Maximilien Decroux, au-delà du mime
Tania Becker et Catherine Decroux
Préface de Jean-Claude Cotillard

Parution : mi-octobre 2015 aux Editions Riveneuve
Avec le soutien du CNL
www.riveneuve-editions.com

Disciple et assistant de son père, Etienne Decroux (1898-1991) Maximilien Decroux, mime et chorégraphe a enseigné au CNSAD de fin 1968 à 1975.
A la rentrée 1968, Pierre Aimé Touchard confie à Maximilien Decroux la direction d’une classe d’ensemble nouvelle “l’atelier d’expression corporelle et vocale”.
D’anciens élèves du Conservatoire, Stéphane Hazine Lori (promo 1972) et Bruno Raffaelli (promo 1975) apportent leur contribution dans le chapitre consacré à “la transmission”.Avec les Deburau, Maximilien Decroux (1930 – 2012) est probablement le seul artiste en occident à être né et avoir été élevé dans « la Mime ». Il a consacré sa vie à l’art du geste.

Après avoir été disciple puis assistant de son père, Etienne Decroux (1898 – 1991), Maximilien Decroux  fonde sa propre école en 1960. Ce créateur virtuose, d’une curiosité de chaque instant, explore le mime, renouvelle le jeu du comédien et évolue vers l’art contemporain d’avant-garde.


Pour la première fois un ouvrage est consacré à cet artiste rare  qui appartient au patrimoine français  et dont l’œuvre constitue un important chaînon dans l’histoire du théâtre contemporain.

Dans la première partie les auteurs se sont attachés à retracer son parcours et la diversité de son œuvre de l’expérimental à la parodie en passant par le rêve avec notamment un chapitre dédié à l’écriture du mime. Michel Corvin livre une analyse du travail novateur de Maximilien Decroux pendant la période d’Art d’avant-garde des années 60.
La mémoire des acteurs fait revivre ses créations que le livre évoque en incluant de nombreuses photos et descriptions.
La deuxième partie  de cet ouvrage est consacrée au pédagogue et s’appuie sur les récits d’élèves et de collaborateurs qui se souviennent tous de l’importance de son enseignement. Maximilien Decroux a enseigné à des élèves de formations diverses : des mimes, des comédiens, des architectes…. au Conservatoire National d’Art Dramatique de Paris, à l’Ecole des Beaux-Arts d’Architecture, à l’Ecole de Mimodrame Marcel Marceau, à la Cité Universitaire de Paris….Il a également animé de nombreux séminaires à l’étranger.
Les témoignages montrent  la richesse de sa transmission et nous permettent d’approcher l’homme à travers des anecdotes amusantes ou émouvantes.

Un document essentiel pour cerner les facettes du créateur, du pédagogue et ainsi lever le voile sur un homme secret, passionné par son art.

Tania Becker et Catherine Decroux ont étudié et travaillé avec Maximilien Decroux et se sont donné comme mission de fixer sa mémoire ainsi que la richesse de son enseignement. Elles nous font vérifier la modernité de son œuvre à travers les témoignages de collaborateurs, élèves : Samuel Avital, Jean-Claude Cotillard, Corinne Cousin, Denis Fleurot, Janine Grillon, Stéphane Hazine Lori, Wolfram Mehring, Catherine Palvadeau, Pinok et Matho, Bernadette Plageman, Bruno Raffaelli, Jacqueline Rouard, Milena Salvini, Brian Stavechny, Elisa Toledo-Todd.

Analyse de Michel Corvin, entretien avec Yves Lorell

PRESSE

https://www.monde-diplomatique.fr/2017/02/THARREAU/57138

 

VIDÉOS :

https://youtu.be/yGsjH1okW6I

https://youtu.be/4_qgFBtO_gc

 

 

Se procurer l’ouvrage

https://www.riveneuve.com/catalogue/maximilien-decroux-au-dela-du-mime/

https://livre.fnac.com/a8604635/Tania-Becker-Maximilien-Decroux-Au-dela-du-mime

https://www.cultura.com/maximilien-decroux-au-dela-du-mime-9782360133086.html

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *