L’Odéon-Théâtre de l’Europe paralysé par une grève depuis dix jours

Le par Rue du Conservatoire - Commentaires (0)

L’Odéon-Théâtre de l’Europe paralysé par une grève depuis dix jours

Dans un contexte d’inflation, les négociations salariales entre les syndicats et la direction n’ont pas abouti à un accord.

L’Odéon-Théâtre de l’Europe, à Paris, entame son dixième jour de grève (ici, la façade du théâtre en janvier 2011).

Dix jours de grève à l’Odéon-Théâtre de l’Europe, à Paris. Depuis le 30 septembre, les deux spectacles à l’affiche sont annulés, sauf le dimanche : Jours de joie, d’Arne Lygre, mis en scène par Stéphane Braunschweig, dans la salle du 6e arrondissement, et Dans la mesure de l’impossible, écrit et mis en scène par Tiago Rodrigues, aux Ateliers Berthier, dans le 17arrondissement. Les syndicats FO (Force ouvrière) et CGT (Confédération générale du travail) sont à l’origine de ce mouvement, qui appelle à une revalorisation des salaires de 7 % pour l’ensemble des 120 salariés. Reconductible chaque jour, cette grève dure cinquante-neuf minutes, entre 20 h 30 et 21 h 29, ce qui provoque de fait une annulation, les représentations commençant à 20 heures.

Comme tous les théâtres publics, l’Odéon est soumis à une grille des salaires, discutée à chaque négociation annuelle obligatoire entre la direction et les syndicats, en fonction de la loi de cadrage indiquée par le ministère de la culture. Cette loi propose une enveloppe qui doit entrer dans le budget du théâtre. Pour Candice Wehner, habilleuse et déléguée syndicale Synptac-CGT-Odéon, « le cadrage budgétaire n’est pas du tout à la hauteur des pertes de salaires liées à l’inflation, et à la dévaluation de la grille salariale de l’Odéon depuis plusieurs années. Ce n’est pas la direction qu’on attaque, mais les tutelles. Mais c’est à la direction de se battre pour la réévaluation des salaires de ses employés, en faisant augmenter la subvention ».

Perte de 200 000 euros

« Dans le contexte de l’inflation, nous comprenons les attentes des salariés, répond Patricia Stibbe, l’administratrice de l’Odéon, mais nous ne pouvons les satisfaire totalement. Nous avons proposé plusieurs scénarios qui permettaient des augmentations de salaires supérieures aux années précédentes. Aucun n’a fait l’objet d’un consensus. » Lors de l’assemblée générale de mardi 11 octobre, il a été décidé que les représentations de jeudi et de vendredi seraient cependant assurées. Ce sont les deux dernières des spectacles, qui auront été présentés onze fois sur les vingt-deux prévues. La perte en billetterie s’élève à 200 000 euros.

Lire aussi : Comment l’inflation bouleverse la question des bas salaires

« Nous voulons que les négociations et les discussions continuent,demande Candice Wehner. Nous verrons où elles en sont en novembre, quand les prochains spectacles seront joués. » Ces prochains spectacles sont En transit, d’Amir Reza Koohestani, du 5 novembre au 1er décembre aux Ateliers Berthier, et Liebestod, d’Angélica Liddell, du 10 au 18 novembre place de l’Odéon. D’ici là, le théâtre propose un spectacle hors les murs : la reprise de Love, d’Alexander Zeldin, du 15 au 22 octobre, au théâtre La Commune, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fonds de solidarité
Le fonds de solidarité est susceptible d'aider tout adhérent issu de notre école en difficulté passagère, sous forme de don.
Faire un don
Soutenez les activités de l'association.
Recherche
Annonces et offres
Retrouvez les annonces et les offres d’emploi de nos partenaires.